s'abonner identifiez-vous
Articles > À New York, une Biennale du Whitney bien trop lisse

Nicole Eisenman, The General, 2018, 76,2 x 83,8 x 48,3 cm. Collection d’Eric Green. Courtesy de l’artiste et Susanne Vielmetter Los Angeles Projects

À New York, une Biennale du Whitney bien trop lisse

Même si la manifestation a souvent été synonyme de protestation et de polémique, l’édition 2019 de cette biennale consacrée à l’art contemporain américain manque d’esprit radical.

Qu’attendons-nous de l’art contemporain ? La 79e Biennale du Whitney propose diverses réponses. À une exception près, la controverse n’en fait pas partie, pas plus que l’enthousiasme soulevé par ce que l’on appelait autrefois le geste radical.

Lire l'article complet
Lire l'article
Lire l'article
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève