s'abonner identifiez-vous
Articles > L’Afrique entre passé et futur au musée national de l’histoire de l’immigration

Amina Agueznay, Curriculum vitae, 2020-2021, textile tissé. Vue de l’exposition « Ce qui s’oublie et ce qui reste », musée national de l’histoire de l’immigration, 2021. © Anne Volery

L’Afrique entre passé et futur au musée national de l’histoire de l’immigration

Dans le cadre de la Saison Africa 2020, le musée national de l’histoire de l’immigration, au Palais de la Porte Dorée, expose dix-huit artistes du continent africain et de ses diasporas qui explorent la notion de transmission. Entre nostalgie et regard vers l’avenir, l’exposition « Ce qui s’oublie et ce qui reste » aborde l’artiste comme un passeur.

Regarder le monde d’un point de vue africain était le pari de la saison culturelle Africa2020, qui a réussi à fédérer des centaines d’événements en France et ailleurs malgré la crise sanitaire. Au Palais de la Porte Dorée, à Paris, le musée national de l’histoire de l’immigration a choisi la question de la mémoire pour provoquer ce décentrement du regard. « Nous nous sommes interrogées sur ce que signifie aujourd’hui la notion de transmission dans un monde de réseaux sociaux, à l’heure de

Lire l'article complet
Lire l'article
Lire l'article
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève
Lire la brève